AG nov/dec 2019 Pole historique

Madame, Monsieur, Chers Adhérents,

Nous avons le plaisir de vous adresser cette newsletter pour vous donner de la visibilité après la période estivale.

Comme beaucoup d’entre vous le savent déjà, auront lieu dans les prochaines semaines les votes des Assemblées Générales d’actionnaires relatives aux fusions des sociétés du Pôle Historique.

Sont concernés les adhérents qui, directement ou indirectement, sont actionnaires des SCA des hôtels concernés.

Ces fusions ont été prévues par les jugements d’arrêté des plans de continuation rendus en mai et juin dernier par le Tribunal de Commerce de Marseille. Le vote favorable de ces fusions est nécessaire à la mise en œuvre de ces jugements.

Afin de pouvoir se faire une idée sur le sujet, l’ADEFIMA, accompagnée de ses avocats, a pu prendre connaissance des documents qui ont été communiqués à nos adhérents, actionnaires de ces sociétés. Nous avons aussi assisté à l’une des trois réunions d’information organisées le vendredi 4 octobre au Paradou à Montfavet par Me de Carrière et Colony. Etaient présents à cette réunion plus d’une centaine d’investisseurs privés et de nombreux adhérents ADEFIMA. En tant que Président j’ai pu exprimer clairement ma position et après décision du bureau de l’Adefima nous vous exposons notre position ci-dessous.

Quelles sont nos constatations :

 

-Nous conseillons aux actionnaires de voter massivement en faveur des fusions, les sociétés concernées ne basculeront pas en liquidation judiciaire et les plans de redressement seront mis en œuvre. Cela découle clairement des décisions du Tribunal de Commerce ;

 

-Si les actionnaires votent contre les fusions, la liquidation judiciaire est très probable. Or, on en ignore les conséquences d’une bascule : combien de temps durera cette liquidation judiciaire ? Qui rachètera les actifs ? Pour quel prix ? Quelles en seront les conséquences pour nos adhérents ? Personne n’est capable de nous le dire avec précision. Il est certain que les recovery seront très faibles.

 

-Le cabinet Deloitte, conseil de Colony, a présenté des modélisations de remboursement (recovery) pour les investisseurs privés. Sur la base de ces modélisations, les investisseurs privés verraient leur recovery baisser de façon très importante en cas de liquidation. Difficile de dire si le cabinet Deloitte a raison ou tort mais ces modélisations de remboursement ont été également présentées au Tribunal. On peut donc considérer que c’est un travail sérieux de la part d’un cabinet d’audit réputé. Le conseil de Colony a aussi donné, Vendredi dernier, l’exemple du Royal Ours Blanc : le niveau de recovery pour Royal Ours Blanc était de 74% en plan de continuation si les fusions avaient été réalisées. Il n’est plus que de 17% en liquidation judiciaire, liquidation qui a malheureusement été ordonnée par le TC le 5 juin dernier suite au non remboursement de la créance de la Caisse d’Epargne de 3,5 M€.

 

Le cabinet DTA :

 

-Qui a introduit 10 référés rétractation à l’encontre de 10 ordonnances du Président du Tribunal de commerce de Marseille désignant Maître Vincent de Carrière en qualité de liquidateur amiable des SCA concernées, a été débouté.

 

 

Colony:

 

-s’est engagé à financer les plans de continuation et donc à désintéresser les créanciers des hôtels sans faire appel aux investisseurs. Ils ont rappelé publiquement que leur engagement était d’éviter un nouveau crash financier.

 

 

ALORS :

 

OUI, Colony n’a pas bougé sur le TRI qui est toujours de 15% sur les sommes mobilisées et non pas uniquement décaissées. Mais ils se sont engagés à financer les hôtels quels que soient leurs résultats futurs, bons ou mauvais sans faire appel aux investisseurs.

 

OUI, les estimations de recovery ne sont pas suffisantes à notre goût et nos pertes sont lourdes. Mais le plan de sauvetage de Colony a le mérite d’exister de façon concrète aujourd’hui et de pouvoir être mis en œuvre rapidement. Ces estimations de recovery peuvent évoluer négativement mais aussi positivement si les résultats d’exploitation s’améliorent et si le marché est porteur.

 

OUI, Colony prévoit un désintéressement de la collecte non affectée uniquement si certains hôtels ont un recovery supérieur à 100% . Le dépassement sera alors réparti à raison de 80% pour les non affectés et 20% pour Colony. Nous avions milité un temps pour un autre mécanisme, plus avantageux pour ces investisseurs. Mais Colony a accepté de faire un effort en ramenant ce seuil de 35% prévu initialement à 20% dans le cadre du protocole de sécurisation que nos avocats ont reçu. C’est donc une forme de solidarité.

 

OUI, certains peuvent soutenir que tout cela n’était pas conforme à l’offre de Colony et au jugement du 17 octobre 2018 du TC. Mais force est de constater que le TRI de 15% figurait bien dans les modélisations financières de cette offre, ce qui a été reconnu par le cabinet EY et le mécanisme de traitement de la collecte non affectée également.

 

OUI, nous aurions voulu davantage pour nos adhérents. Mais le Tribunal a fait un choix et sa décision du 17 octobre 2018 est définitive et Colony, au travers des plans proposés et de la documentation juridique présentées aux investisseurs va l’exécuter.

L’ADEFIMA s’est souvent opposée à Colony mais l’ADEFIMA n’est pas suicidaire et veut à présent se positiver car les échéances sont à court terme, les AG se tiendront à partir du 4 Novembre 2019 !

Aujourd’hui l’alternative est simple : VOTER LE PLAN DE COLONY ou risquer la liquidation judiciaire.

Nos patrimoines ont tous déjà beaucoup souffert. Certains d’entre nous ont tout perdu et sont dans des situations personnelles dramatiques. Nous ne pouvons risquer encore davantage dans le cadre d’une liquidation judiciaire. Le principe de réalité s’impose à nous tous.

En tout etat de cause, lorsque vous aurez reçu vos documents de vote, nous appelons donc à voter en faveur des fusions et sans réserve.

Nous appelons également à ce que le mandat que vous allez recevoir soit donné à MAÎTRE Vincent de Carrière pour mettre en œuvre ces fusions en collaboration avec la fiducie.

Ne vous abstenez pas car cela équivaut à un vote contre ! Si vous ne pouvez pas vous déplacer et que les statuts de la société dans laquelle vous êtes associé le prévoient, nous vous invitons vivement à envoyer un formulaire de vote par correspondance, ou donner procuration le cas échéant aux personnes habilitées par la loi et les statuts.

Et quant à ceux qui ont transféré leurs actions à la Fiducie, Votez également!

Tous les actionnaires des sociétés du pôle historique recevront dans les prochains jours les projets de résolutions, les formulaires de vote par correspondance et le projet de mandat. Par conséquent, surveillez vos boîtes aux lettres et Votez !

Cordialement,

Le Président de l’association  Francis Barrero

et les membres de son Bureau

ADEFIMA

10 Rue de la République,

13001 Marseille

Laisser un commentaire

Fermer le menu