Newsletter du 10 octobre 2018

 

Chers gestionnaires de patrimoine,

Nous faisons suite par le présent mail au précédent que vous avez reçu de notre part dans lequel nous vous avons communiqué le rapport d’EY synthétisant l’ensemble des offres de reprise du groupe Maranatha.

Pour mémoire:

-Suite à l’audience du mois de juillet, le président du tribunal de commerce lui-même, indiquait à l’audience qu’il estimait qu’il n’y avait pas de juste répartition de la valeur entre les repreneurs potentiels et nous les investisseurs.

-L’audience du mois de septembre laisse entendre la position dominante de 2 fonds : Colony capital et Tikehau.

-L’offre de Colony capital et de Tikehau sur les HDR consiste à rétrocéder 80 millions aux investisseurs pour une vente du pôle à 450M€ (environ taux de recovery 50%). L’acceptation est très douloureuse mais le rapport de force juridique en faveur du fond Cale street, résultant des garanties prises par celui- ci au moment de son investissement, ne nous laisse que peu de marge de manœuvre.

-Sur le pôle historique, il a été collecté 210M€. Colony capital propose de restituer aux petits porteurs 148M€ et Tikehau 125M€. Dans les deux offres, les non affectés ne sont pas inclus et les valeurs de recouvrement sont inéquitables puisqu’adossées à la valeur de chaque actif.

-L’alliance qui propose aux petits porteurs 143M€ sur le pôle historique, ne semble pas retenir les faveurs du tribunal, en effet, Paris inn qui est la société de gestion du trio exige deux incentives inconcevables : 4,5M d’€ sur les HDR et 16M€ sur le pôle historique pour une revente à 220M€.

-En début d’année, l’ADEFIMA a joint le comité d’actionnaires avec le CODDIMA. Ce comité était conduit par le liquidateur amiable Maitre de Carrière. Au mois de septembre, l’ADEFIMA a repris son destin en main en sortant du comité et en mettant fin au mandat avec son ancien avocat. En tant qu’association de défense des investisseurs, nous ne pouvons pas cautionner la spoliation organisée des petits porteurs sur le pôle historique.

-Face à ce constat et à notre désarroi sur les solutions préjudiciables promues par d’autres représentants d’actionnaires, notre association ADEFIMA s’est entourée d’une nouvelle équipe d’avocats, en la personne de Maître BABOIN et SPONY, associés du cabinet PVB AVOCATS, l’un des leaders du droit des affaires dans le sud de la France.

La mutualisation du pôle historique
Suite aux résultats du sondage de nos adhérents, contrôlé par huissier de justice, qui indiquait à plus de 90% la volonté d’un plan de mutualisation sur le pôle historique incluant les non affectés, l’ADEFIMA soutient de plus fort cette mutualisation qui est l’unique solution permettant de préserver les intérêts de l’ensemble des investisseurs.

Le fait que cette solution de mutualisation, et notre association qui la porte, soit combattue de manière vigoureuse voir acharnée par les représentants d’intérêts plus ou moins occultes, nous confirme que nous défendons réellement les intérêts de nos adhérents.
Aujourd’hui, nos avocats travaillent en toute indépendance sur la stratégie et les modalités permettant d’imposer cette mutualisation, dans le seul et unique intérêt des adhérents de l’ADEFIMA et, in fine, de l’ensemble des investisseurs du pôle historique.

D’autre part, le cabinet Rebufat associés spécialisé en droit des procédures collectives qui a conceptualisé le plan de continuation adossé à un financier démontre :
– La solution est faisable au niveau juridique
– Sur le pôle historique, elle permet un récovery bien plus important que par le modèle des
candidats actuellement pressentis
– Elle permet de donner le même recovery aux clients dont l’investissement n’a pas été affecté
à un hôtel (collectes non affectées)
– Elle dégage une importante marge de trésorerie pouvant être réaffecté dans un 2ème temps
aux actionnaires du pôle Hôtel du roy.

Détails :
-En PJ, le plan de mutualisation
-En PJ, une note juridique sur la mutualisation
-En PJ, un projet de pacte d’actionnaires
-En PJ, extrait du rapport d’EY des offres de reprise

Suite de la procédure
– La procédure collective prendra fin au plus tard en mars 2019.
– Le 17 octobre, le Tribunal doit en principe rendre son délibéré.

– Deux options s’offrent aujourd’hui à nous tous :
1) Nous laissons la procédure suivre son court. Nous serons spoliés en tant qu’investisseurs du pôle historique au mieux de 60M€ et au pire de 90M€.
2) Nous maintenons fermement notre positionnement de mutualisation du pôle historique et nous rassemblons une majorité d’investisseurs sur cette base. En ce cas, mais à cette seule condition, nous pourrons peser sur les décisions à venir et influer sur le cours des choses. Il vous incombe à vous CGP de faire adhérer vos clients à l’association pour que nous soyons plus nombreux et que nous puissions ainsi peser et nous faire entendre par le TC.

Chers professionnels de la finance, veuillez prendre en considération ceci : vous êtes une des clés dans ce dossier et c’est certainement pour cela que vous avez été écarté et privé d’information et que le comité d’actionnaires nous a formellement interdit de vous informer de façon précise. Notre ancien avocat vous avez d’ailleurs retiré des statuts de l’association alors même que moi, président de l’association, je n’en avais pas été informé. Votre positionnement et vos actions peuvent à ce stade me permettre à moi-même mais aussi à ma famille, à tous les membres de l’association mais aussi à tous les autres investisseurs affectés et non affectés de nous sortir de cette situation catastrophique, à moindre mal. Nous sommes précisément au carrefour d’un dossier qui sortira par « le bas » ou par « le haut ». Nous faisons appel à vos valeurs profondes et comptons ainsi sur vous.

ADEFIMA
Central cannebière
10 rue de la république
13 001 Marseille
www.adefima.fr
contact@adefima.fr
Bulletin d’adhésion téléchargeable sur notre site. Adhésion 75€.

Laisser un commentaire

Fermer le menu